Macron à défendre multilatéralisme à l’ONU

Au lendemain de leur entretien “franc et direct” marqué par un échange d’amabilités et une double poignée de mains, Emmanuel Macron et Donald Trump vont se succéder ce mardi (19.09.2017) à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies où ils devraient livrer des visions sur la réforme de l’ONU, et la vision du monde.

Donald Trump, a déjà exprimé ses critiques à l’égard de l’ONU “trop coûteuse” et “pas suffisamment efficace” pendant la campagne présidentielle et depuis son élection, il est pertinent dans sa critique des Nations unies dans son premier discours.

Sa volonté, réitérée  lors d’une réunion consacrée à la réforme des Nations unies, de faire la réduction budgétaire onusienne, suscite l’inquiétude de ses partenaires, au premier rang desquels la France qui redoutent l’impact sur les opérations de maintien de la paix, notamment en Afrique.

Globalement, le discours de Donald Trump devrait insister sur l’importance de la “souveraineté nationale”, a précisé ce responsable, soulignant que certains accords internationaux défavorables aux Etats-Unis mettaient à mal cette souveraineté.

Emmanuel Macron devrait défendre quelques heures plus tard, à midi (18h heure de Paris), une approche multilatérale des crises mondiales dans un discours d’une quinzaine de minutes.

Comme lors de son allocution fin août devant les ambassadeurs de France réunis à Paris, le chef de l‘Etat de 39 ans devrait évoquer la notion de “biens communs” – qui vont de la paix à la justice en passant par le climat et la culture – et insister sur l‘importance de l‘Onu dans la résolution des crises.

Emmanuel Macron entend “défendre le multilatéralisme comme ambition universelle et point central de la diplomatie française et le renouveler, le réinventer, le réaffirmer pour qu’il soit le multilatéralisme aux enjeux du 21eme siècle”, souligne un de ses conseillers.