‘Sentinelle’ va changer

L’opération “Sentinelle”, qui mobilise 7.000 militaires en France pour des missions de protection, va changer de mode d’action pour mieux s’adapter à l’évolution de la menace, ont annoncé jeudi les ministres des Armées et de l’Intérieur.

La réforme de ce dispositif instauré après les attentats de janvier 2015 à Paris intervient alors qu’un débat court, dans les rangs de l’armée et parmi les experts militaires, sur sa pertinence et ses conséquences sur le moral et les capacités des forces terrestres sollicitées sur des théâtres extérieurs.

“On ne baisse pas la garde, mais comme pour toute opération militaire, on va s‘adapter à l’évolution de la menace et des circonstances”, souligne-t-on au ministère des Armées.

“La menace terroriste est aujourd’hui une menace changeante qui depuis les attentats du Bataclan a considérablement évolué. C’est devenue une menace endogène”, a justifié Gérard Collomb devant la presse. “Ce qui nous a été demandé, a poursuivi Florence Parly à ses côtés, c’est d’agir plus efficacement.”

Les effectifs resteront les mêmes – 10.000 soldats dont 3.000 en réserve – mais seront “mieux utilisés” via notamment une coopération renforcée entre l’Intérieur et la Défense au sein d’un “Conseil d’anticipation et de planification” qui se réunira chaque mois. Une première réunion est prévue vendredi.