Une « stratégie nationale de santé »

Edouard Philippe a annoncé une « stratégie nationale de santé » qui passera notamment par une hausse du prix du paquet de cigarettes jusqu’à 10 euros et une meilleure prise en charge des soins dentaires et optiques.

Cette « stratégie » sera discutée à l’automne, a précisé le Premier ministre lors de son discours de politique générale à l’Assemblée nationale.

« L’an prochain, les vaccins pour la petite enfance qui sont unanimement recommandés par les autorités de santé deviendront obligatoires », a-t-il déclaré devant les députés.

Afin de lutter contre le tabac, « nous porterons progressivement le prix du paquet de cigarettes à 10 euros, en luttant sans merci contre les trafics qui minent cette politique de santé », a ajouté Edouard Philippe.

« Nous créerons un service sanitaire pour les étudiants des filières de santé pour leur permettre d’intervenir dans les écoles et les entreprises pour des actions de prévention », a-t-il poursuivi.

A ce volet sur la prévention, s’ajoutera une révision le système de soins car, a jugé le chef du gouvernement, l’action des professionnels de santé est « trop souvent entravée par les rigidités de nos structures, les carcans administratifs ».

Il souhaite donc mettre en place de nouvelles incitations et de nouveaux modes de rémunération « en mesurant la qualité des soins et en la faisant connaître » – une ambition qui trouvera sa traduction cette année dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale.