La Commission Juncker contre l’évasion fiscale

La Commission Juncker a fait de la lutte contre l’évasion fiscale, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme l’une de ses priorités.

Aujourd’hui, la quatrième directive anti-blanchiment entre en vigueur. Elle renforce les règles actuelles et rendra la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme plus efficace. Cette directive améliore également la transparence pour prévenir l’évasion fiscale. Cette entrée en vigueur intervient alors que les discussions avec le Parlement européen et le Conseil sur l’adoption de mesures supplémentaires visant à renforcer davantage la directive sont déjà à un stade avancé.

Aujourd’hui, la Commission publie également un rapport qui aidera les autorités des États membres à mieux lutter contre les risques de blanchiment de capitaux dans la pratique. Comme cela est requis par la nouvelle directive, la Commission a évalué les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme des différents secteurs et produits financiers. Le rapport publié aujourd’hui identifie les domaines les plus à risque et les techniques les plus utilisées par les criminels pour blanchir des fonds illicites.